Franchise Sushi et restauration asiatique

La vente de sushi en pleine crise

C’était l’une des modes gastronomiques des années 2000. Le sushi, à cette époque avait le vent en poupe. Ouvrir un restaurant de sushi, dans une grande ville française, c’était l’assurance de voir une clientèle plutôt aisée, féminine et branchée venir déguster ce plat populaire du Japon composé d’une boulette de riz vinaigrée recouverte d’une tranche de poisson cru.

Un succès immédiat pour une chute aussi rapide !
Trois raisons expliquent ce baisse de « hype » du sushi dans l’Hexagone.

1) La crise économique a impacté en priorité la restauration rapide.
Le chiffre d’affaires global a baissé de 7% dans ce secteur. Et la restauration japonaise n’a pas été épargnée, elle qui représente 1% du secteur.

2) La concurrence des grandes surfaces
C’est bien simple. La majorité des hypermarchés comptent dorénavant un stand de vente de sushis préparés sous les yeux des clients !
Un exemple : le groupe Carrefour a signé un accord en 2010 avec l’enseigne Sushi Daily pour 300 de ces magasins avec des prix très attractifs ! Résultat : nombre de clients de restaurants de sushis se sont reportés sur les sushis vendus par les magasins de la grande distribution.

3) Le sushi n’est pas un produit de masse

Contrairement à ceux qu’ont pu penser de nombreux investisseurs ou prescripteurs de tendance, le sushi ne sera jamais un produit alimentaire de consommation de masse en France, contrairement au hamburger ou à la pizza.
Un chiffre : sur les 1600 enseignes de sushi sur le territoire national, près de 70% sont concentrés sur Paris ou l’île de France.
Le sushi est donc associé à une clientèle urbaine, branchée et aisée, pas vraiment à un produit bon marché et populaire.
De plus, cela prouve le peu d’enthousiasme des Français pour le poisson cru.
Autre inconvénient : le prix des produits. Si le riz est un produit bon marché, le saumon, le thon rouge ou la daurade ne le sont pas !

4) D’autres produits plus « hype »

Enfin, il y a eu, à la fin des années 2010, la concurrence de nouveaux produits, devenus à la mode au niveau de la consommation alimentaire : les bagels et surtout les hamburgers, liés au phénomène des « food-truck ».

Les principales franchises de sushis en France

O’Sushi : Entreprise créée en 1998, elle s’est lancée en franchise en 2008. Actuellement, elle compte pas loin d’une trentaine de boutiques dont quinze en franchises.
Les droits d’entrée sont fixés à 25.000€ alors que l’apport personnel devra être de 75.000€.

Côté Sushi : Entreprise créée en 2008, elle s’est lancée dans la franchise en 2011.  Actuellement, elle compte 11 points de vente, essentiellement en région parisienne. Les droits d’entrée son fixés à 30.000€ alors que l’apport personnel devra être de 50.000€.

My Suhi : Entreprise créée en 1999, elle se lance dans la franchise en 2015 et compte cette année 11 points de vente. Il s’agit de « corners » dans la grande distribution.
Les droits d’entrée sont fixés à 5.000€ alors que l’apport personnel devra être de 20.000€.

Sushi Soba : Entreprise créée en 2011, elle s’est lancée dans la franchise en 2016. Elle compte actuellement 3 points de vente. Les droits d’entrée sont fixés à 7.000€ alors que l’apport personnel devra être de 40.000€.

Conclusion

les grands groupes (non franchisés) du secteur vont mal, comme Planet Sushi et à un degré moindre Sushi shop.
O’Sushi résiste de son côté plutôt bien.
La franchise dans le secteur du sushi en est encore donc à ces débuts avec un développement encore très récent pour un produit qui, s’il a connu la crise, a tout de même un public de consommateurs.

DOMINOS PIZZA lance quatre création originales

Le consommateur français est un inconditionnel de la pizza ! Preuve en est faite par le chiffre vertigineux du nombre de pizzas dégustée en France pour la seule année 2015 : 820 millions, rien que cela!

Lorsque l’on opère ce marché hyper concurrentiel, se démarquer de la concurrence est primordial pour assurer la pérennité de ses affaires. C’est justement le raisonnement que suit le franchiseur bien connu « Domino’s Pizza ». En ce printemps 2016, l’enseigne lance quatre création originales : La Pizza aux Figues Chèvres, la pizza Bœuf et Pepperoni, la pizza saumon d’Ecosse et la pizza Bacon sauce aux truffes. Ces quatre nouveautés seront de forme rectangulaire et seront présentée dans de belles boites à pizza de couleur noir.

Domino’s pizza est la franchise leader en France sur le marché de la pizza livrée ou à emporter. Le réseau comprends quelques 265 franchisé répartis aux quatre coins de l’hexagone !  Les franchises Domino’s pizza emploient en France plus de 4000 personnes.

Pour ouvrir une franchise Domino’s Pizza, il faut un apport personnel de 80 000 €. Un droit de 25 000 euro est à réglé au démarrage. La surface moyenne du local commercial est de 120 mètres carrés.

Les franchises de restauration rapide bio

Au pays de la gastronomie, La restauration rapide ou « fast-food » est dorénavant entrer dans les mœurs. En effet, la France offre aux chaînes de restauration rapide les plus connues du monde (McDonald’s, KFC, Subway, etc.) l’une des clientèles les plus fidèles et dépensières au monde.
Dernièrement, Burger King , l’un des leaders américains de ce secteur, a d’ailleurs décidé de réinvestir en masse dans l’Hexagone. Preuve que la France est une terre propice pour la restauration rapide.
Quelques chiffres pour illustrer ces propos : près de 7, 5 milliards de repas sont servis chaque dans la restauration rapide. Le chiffre d’affaires globale, lui, tourne autour des 46 milliards d’€ !
Le prix moyen d’un repas dans un fast-food, enfin, tourne autour des 10€ et reste stable quand on regarde sur les années précédentes.

Quand on évoque les « fast-food » en France, le sens commun pense tout de suite « junk food » c’est-à-dire la « malbouffe : une nourriture très riches en graisses et matières grasses mais peu nutritives et pas raffinée pour un sous ».

C’est pourquoi certains ont voulu marier à la fois l’idée de restauration rapide tout en mettant en valeur ce qui fait l’une des spécificités de la France : le bien manger.
Autrement dit, la restauration rapide haut de gamme ou, pour suivre une tendance gastronomique du moment, biologique.
Un filon que la franchise ne pouvait bien évidemment pas laisser passer ! En effet, la restauration rapide est l’un des secteurs les plus importants de la franchise en France.

La restauration rapide bio en crise

Mais, il faut le dire, pour l’instant, le succès durable n’est pas au rendez-vous. En effet, deux des leaders de la franchise de fast-food bio, Green is better et Planetalis ont connu de sérieux déboires économiques. Alors qu’ils comptaient une cinquantaine de franchisés chacun, nombreux ont été les dépôts de bilan chez le 1er alors que la 2nde a tout simplement été mise en liquidation judiciaire.
Ces échecs sont expliqués par deux raisons : d’une part, ce sont des concepts a priori séduisants intellectuellement, mais qui ont ignoré les raisons qui faisaient de la restauration rapide un succès. D’autre part, la rentabilité n’était clairement pas au rendez-vous avec des produits trop chers à l’achat et donc trop chers à la vente. Enfin, le développement des réseaux s’est fait de manière beaucoup trop rapide. Et donc de manière inconsidéré.

Les enseignes de la restauration rapide bio

-EXKI : Créée en Belgique, le réseau franchisé a été lancé en 2006. Actuellement l’enseigne compte 24 établissements en France. Les droits d’entrée sont fixés à 15.000€ et l’apport personnel à 100.000€.
-Saladbar Green is better : Réseau franchisé lancé en 2009, l’enseigne compte 57 points de vente en France. Les droits d’entrée sont fixés à 7500€ et l’apport personnel à 50.000€.

-Annka : Créée en 2009, en franchise depuis 2012. Bientôt 15 points de vente ouverts dans toute la France.
Les droits d’entrée sont fixés à 20.000€ alors que l’apport personnel devra être de 100.000€.

Conclusion

La restauration rapide bio est dans un moment crucial de son activité. En effet, si le concept est séduisant, les premières expériences en franchise n’ont pas été de franches réussites.
Mais certains franchisés ont visiblement tirés les leçons des premiers échecs. Ainsi, les franchises de « salad bar » commencent-elles à se développer peu à peu, principalement dans les centres urbains.
« Bien manger et mieux manger », quite à parfois payer un peu plus cher que chez une enseigne de restauration rapide. Voilà quel est le concept sur lequel parie les franchisés, jouant sur le goût des Français pour la « bonne bouffe ».

Les franchises de restaurant à thème

Un restaurant à thème est un restaurant orienté par une thématique ou un concept très précis. Ainsi, la décoration, les menus, les tenues des employés, la musique seront choisis pour correspondre à un thème et ainsi créer un véritable univers au moment de se restaurer.

Par exemple, un restaurant pourra s’organiser autour de thèmes souvent plus originaux les uns que les autres (le Japon s’est fait une spécialité de ce type de restaurations) : jeux vidéos, animaux, lieux insolites comme une prison.
Cela peut aussi s’organiser autour d’un produit : viande rouge, poisson cru, boite de conserve (!), fruits (comme le Paradis du Fruit), produits mexicains, etc.
En outre, on peut trouver une restauration thématique autour d’une ambiance ou d’un style de vie : années 1950, restaurant dédié aux années rock, etc.

Un secteur qui résiste à la crise économique

En 2013 la restauration franchisée à thème a réalisé un chiffre d’affaires de 1,39 milliard d’euros, contre 1,35 milliard d’euros en 2012 avec pas loin de 1300 franchisés !

Le constat est sans appel. Alors que la crise économique impacte toujours l’économie nationale, la franchise résiste beaucoup mieux que le commerce dite « indépendant ».
En effet, selon un expert, la franchise continue sa croissance dans l’économie française, pour peser 9 milliards d’euros.
Ce même expert expliquant que la franchise a profité de la crise ! En effet, les réseaux ont continué leur maillage du territoire et ce dès 2009, soit un an après la crise économique venue des États-Unis.
Comment expliquer cela ? C’est assez simple, nous dit-il : les avantages de la franchise se sont montrés particulièrement adaptés à un contexte de crise économique, puisque une enseigne national, par le biais de la franchise peut se développer tout en ne prenant que très peu de risques financiers, les fonds pour se lancer étant payés par le franchisé.

Un exemple ? La restauration à thème. Une idée originale et le choix de la franchise est tout de suite adopté avec un succès visible. A tel point que les enseignes dites « traditionnelles » se laissent elles aussi séduire par la franchise.

Les principaux acteurs du marché de la restauration thématique

On en compte autour d’une trentaine, avec des marques dont la notoriété est plus ou moins bien ancrée chez les consommateurs : Del Arte, Tacos Avenue, Bistrot du boucher, Pizza Hut, Nooï, Steack N’Shake, etc.

Voici dont les franchises les mieux implantés en France :

-Steak N’ Shake : Spécialité : hamburger et milkshake. 530 implantations en France. Apport personnel : 300.000€. Droit d’entrée : 50.000€
-Llaollao : Spécialité : élaboration et vente de yaourts glacés. 175 implantations sur le territoire. Apport personnel : 75.000€. Droit d’entrée : 15.000€
-Del Arte : Spécialité : restauration italienne. 140 implantations en France. Apport personnel : 80.000€. Droit d’entrée : 46.000€

-La Boucherie : Spécialité : viande. 125 implantations en France. Apport personnel : 100.000€. droit d’entrée : 46.500€
-Pizza Hut : Spécialité : Pizza à livrer. Leader mondial de la franchise dans ce secteur. 122 implantations en France. Apport personnel : 100.000€. Droit d’entrée : 35.100€
-La Boite à pizza : Spécialité : pizza à livrer. 115 implantations. Apport personnel : 70.000€. Droit d’entrée : 18.000€.

-Mezzo di pasta : Spécialité : pâtes italiennes. 86 implantations. Apport personnel : 50.000€. Droit d’entrée : 18.000€.

-Au Bureau : Spécialité : Pub & Brasserie. 81 implantations. Apport personnel : 200.000€. Droits d’entrée : 45.000€.

-Memphis Coffee : Spécialité : ambiance américaine des années 1950. 59 implantations. Apport personnel : 150.000€. Droit d’entrée : 35.000€.

-Nooï : Spécialité : pâtes à emporter. 50 implantations. Apport personnel : 60.000€. Droit d’entrée : 15.000€.

Dans un secteur qui subit les contre-coups de la crise économique, les restaurants à thème ayant choisi la franchise s’en sortent moins mal que les restaurants généralistes. Des concepts audacieux et originaux permettent à ce secteur de connaître une croissance, légère mais bien réelle.

Ouvrir une franchise de Food-Trucks : fast food ambulant

Phénomène apparu il y a quatre ans, les « fast food ambulants » sont un concept qui nous vient des États-Unis, même si la « nourriture de rue » est une chose très ancienne et donc banalisée en Asie. C’est un phénomène urbain, puisque ce sont les grandes villes (Paris, Marseille, Nice, Lyon) et agglomérations qui sont visées par cette nouvelle manière de se restaurer. S’inscrivant dans le phénomène plus global de la street food, un concept défendu en France par exemple par le chef étoilé Thierry Marx,  les Food Truck ont vu leur notoriété explosé ces deux dernières années.
Néanmoins si le concept séduit, de nombreuses contraintes juridico-politiques et économiques limitent le développement de cette mode typiquement urbaine ce qui se traduit par un nombre très limité de franchises dans ce secteur.

Les contraintes juridiques

La question de l’emplacement : pour être dans les règles, les propriétaires de food-trucks qui veulent s’installer sur un marché doivent obtenir ce que l’on appelle « un droit de place ». Soit auprès de la mairie soit auprès du placier municipal. Ce « droit de place » est payant.

Les normes alimentaires

Les propriétaires de food-trucks sont assujettis aux mêmes règles que les restaurateurs. Au moins un des membres de l’équipe constituant les vendeurs doit avoir suivi la formation HACCP, qui est d’une durée de 14 heures et qui est dispensée par des organismes référencés auprès de la DRAAF.

Les règles de stockage

La direction de la santé publique doit approuver le lieu de dépôt du food-truck. On entend par lieu de dépôt l’endroit où le camion est garé et le matériel rangé.

Les freins politiques

Outre ces règles juridiques que tout propriétaire d’un food-truck doit impérativement respecter, il arrive souvent que les mairies rechignent à faciliter l’installation de food-trucks dans leur commune.
D’une part, car ils veulent protéger les restaurateurs « traditionnels » d’une concurrence mal vue, car créant le buzz et offrant des produits bon marchés.
D’autre part, car les municipalités craignent toutes sortes de nuisances créées par ces restaurateurs ambulants : déchets sur la voie publique, nuisances sonores, difficultés de circulations, etc.

Les risques économiques

Les exemples de ces dernières années montrent que l’idée d’un développement tout azimut autour d’une marque présente un risque économique très élevé, que l’un des pionniers, Daily Wagon a payé en se retrouvant en liquidation judiciaire en en juin 2014.

Le marché des food-trucks, s’il est en plein essor, ne s’est pas encore stabilisé.

Les bons conseils

Miser sur une communication omniprésente, en particulier sur les réseaux sociaux.
De par la philosophie même des food-trucks, il faut que les clients sachent, presque quotidiennement, où et quand ils pourront se rendre chez un restaurateur ambulant.

Négocier un emplacement avec une entreprise privée, comme le font d’ailleurs de plus en plus de propriétaires de food-trucks. Exemple : super ou hypermarché.

Se rendre facilement identifiable notamment avec un camion « tape à l’œil ».

Les franchises de food-trucks en France

Les enseignes de restauration ambulante sont rares en France.
On en dénombre deux :

-Lari’s Co : Créée en 2014. Apport personnel : 10.000€. Droit d’entrée : 2.000€

-Pur etc : Créée en 2014.

Mais à en croire certains économistes, il faut attendre que le marché se stabilise et trouve son équilibre pour que le système de franchise puisse réellement être un avantage dans ce secteur. Actuellement la création d’entreprise en indépendant tient la corde.

Les franchises de food-truck n’en sont qu’à leur balbutiement. La faute à des contraintes multiples et de toutes sortes et à un modèle économique encore à la recherche d’une stabilité.
Pour autant deux entreprises ont déjà fait le pari de la franchise pour ce domaine voué à un succès certain.

La Franchise fast food Outback Steak House

La franchise restauration Outback steak house comprend aujourd’hui 1200 établissements répartis dans 23 pays. La marque à été fondée en 1988 à Tampa en Floride, il est intéressant de noté que Burger King avait aussi démarré dans cet état !

La plupart des franchises sont situées aux états unis. Cependant la marque s’est implanté assez récemment au Canada (1996) mais à la fin des années 2000 le master franchisé à soudainement fermé neuf établissements dans la province de l’Ontario, invoquant une baisse de la rentabilité flagrante due à la dégradation de la conjoncture économique.

Peut après s’entre lancé au Canada, la franchise Outback à démarré son implantation avec grand succès en Corée du Sud. On compte aujourd’hui une centaine de points de vente dans le pays.

Parlons un peu du menu que vous propose la franchise Outback Steak house. Rappelons d’abord que le concept de ce franchiseur est une restauration traditionnelle autour du thème de la cuisine australienne. Les viandes proposées sont préparée avec beaucoup d’épices et d’assaisonnements. La marque s’est fait une spécialité dans ce domaine, Outback à mis au point un mélange spécial de 17 épices avec lequel les steaks sont préparés. Une des marque de fabrique de l’enseigne est la cuisson à la friteuse de certains plats dans de la graisse de bœuf. Ils utilisent aussi du vrai beurre et de la crème entière dans beaucoup de leurs recettes. Pour la fabrication de certains steaks haché, ils utilisent du filet de bœuf, ce qui assez inhabituel car il s’agit de la pièce de bœuf la plus noble. La franchise Outback propose également dans certains établissements une large variété de fruits de mer comme par exemple les écrevisses ou les queues de langouste ainsi que le King crabe ou araignée de mer.  Outback propose aussi une large sélection de bières australiennes dont le principal est la fameuse bière Foster.

Le mode de cuisson est un aspect essentiel que chaque franchisé de l’enseigne se doit de maitriser parfaitement. La plupart des viandes sont saisies au grill. Pour certain plat, la franchise à mis au point un mode de préparation au beurre en se servant d’une plancha. Les franchisés sont longuement formé à la parfaite exécution des différents modes de cuisson, saignant, à point etc.…

Néanmoins l’utilisation excessive de ces matières grasse a provoqué la colère des institutions de santé. Un magasine américain leur a consacré un article virulent dans lequel il critique fortement la quantité exagéré de calories que l’on peut ingérer dans une franchise Outback. En prenant l’exemple d’un menu ultra copieux accompagné de leurs fameuses frites australiennes au fromage, le journalise a qualifié le menu Outback comme le plus mauvais pour la santé de tous les états Unis avec 182 grammes de pure matière grasse soit plus de trois milles calories.

Un des plats star de l’enseigne est le fameux « blooming » oignon, un assortiment le grosses lamelles d’oignons pannées et frits disposées en rosasses avec au milieu une gros de sauce mayonnaise. Il s’agit également d’un plat a cause duquel la franchise à été sous le feu des critiques des associations de santé.

La franchise Outback s’est lancée depuis peu, pour montré qu’elle prenant en  considération les critiques qui lui ont été adressé, dans les menus et plats sans gluten.

La franchise restauration rapide Big Boy Restaurants

La marque Big Boy, peu après son lancement a rapidement donné le droit à des entrepreneurs d’ouvrir des franchises. Ces derniers étaient déjà dans le business du fast food avant même de reprendre la franchise Big Boy. Généralement les premiers franchisés Big Boy étaient déjà à la tête de chaîne de fast food local et indépendante. Lorsqu’ils ont acheté la franchise Big boy ils ont, avec l’accord de la marque, simplement apposé « Big Boy » au nom de leur marque déjà existante.  On a trouvé dans divers étant des sous types de restaurant Big boy comme le Bob’s Big boy en Californie ou le Frisch’s big boy en Ohio. Ainsi de suite. De même certain on conservé une parti de leur menu déjà mis en place. Ce qui fait que les hamburgers Big Boy sont simplement venus ce rajouté à la liste de hamburger déjà existante.

Il faut dire que le Big Boy des débuts sous forme de drive in impliquait un investissement beaucoup moins lourd que celui qu’il faut réaliser pour un restaurant traditionnel. Première raison, la taille de l’établissement. Pour un diner il faut beaucoup plus de place pour installer les tables et les chaises et cet ameublement est beaucoup plus volumineux que pour un drive INN car l’ensemble de la clientèle mange sur place et il prévoir assez de places assises pour accueillir tout le monde.

Pour Les franchisé il était beaucoup plus aisé dans le temps d’ouvrir une franchise de fast food Big Boy car l’investissement moindre qu’il fallait effectué pour ouvrir un drive in était bien moindre que celle qu’il faut aujourd’hui pour un restaurant diner.

La franchise Big Boy est célèbre pour son emblème : un petit garçon joufflu avec  une salopette à carreaux blanc et rouge  et portant à bout de bras une assiette avec le fameux hamburger à double étage. Le franchiseur a trouvé le nom big boy avec son fils avait l’habitude de nommer ainsi les hamburgers qu’on lui servait à l’époque où le père n’avait en tout et pour tout qu’un seul et unique restaurant.  De plus  le fondateur de la franchise avait pour amis un dessinateur des studios Warner Bros, lorsque celui-ci fut sollicité pour dessiner un logo pour restaurant de son copain, il s’inspira du fiston pour créer la mascotte big boy que l’ont voit partout aujourd’hui.

Cet emblème qui prit la forme d’immenses  statues dépassant parfois les 10 mètre de haut et qui a su séduire les américains par sa simplicité et sa mine enjouée est  une des raisons du succès de cette franchise de fast food. Ce big boy est géant est tout simplement devenu légendaire, on peut d’ailleurs l’apercevoir dans de nombreux films hollywoodiens.

A la fin des années 60, le concept de la franchise de fast food a évolué. Au départ l’idée était de faire un simple drive INN, c’était un concept qui faisait fureur à l’époque car c’était le temps béni du cinéma en plein air. Les jeunes acheter leur frites et leurs hamburger à emportait et dînaient dans la voiture en visionnant un film. Mais la franchise a décidé de réorienter son concept vers ce qu’on pourrait appeler le service complet par opposition au service ultra limité d’un Mac Donald ou un Burger King. La franchise Big Boy a ainsi fait évolué son offre et transformant ces drive INN en restaurant Dinners familiaux, dont le mode de fonctionnement se rapproche plus de la restauration traditionnelle (les serveurs viennent à votre table pour vous prendre la commande, on vous sert dans de vrai assiettes etc. …)

Histoire de la franchise BURGER KING! Ouvrir une franchise burger King en France!

La marque américaine de franchise fast food Burger King souvent désignée simplement par ses initiales BK fut lancée en 1953 dans la ville Jacksonville dans l’état de Floride. L’année suivante le franchiseur « Insta-Burger King » connait de graves difficultés financières et se fait racheter par ses deux franchisés  messieurs McLamore et Edgerton. En cinquante années d’existence la franchise va changer quatre fois de propriétaires ! Au tout début des années 2000 la société qui a été en partie acquise par Goldman Sachs entre en bourse. En 2010 la quasi-totalité de la franchise burger King est rachetée par 3G capital Brésil pour environ trois milliards de dollars. La société connait alors une profonde restructuration. Une fusion entre la chaine de franchise donuts canadienne Tim Hortons aura lieu l’année suivante.

Pour donner de l’impulsion à son développement la stratégie gestion de la franchise du géant du fast food à évolué de la manière suivante : Les conditions et contrat juridiques sont différents selon les régions où l’on trouve des franchisés. La marque à délégué son métier de franchiseur à des entités Master franchise qui la représente géographiquement et adapte ses actions aux besoins particuliers des restaurants franchisés sous sa juridiction.

Les relations entre la marque et ses franchisés n’a pas toujours été sans conflits. Saviez vous qu’en Australie la franchise a due abandonner son nom commercial burger King ? Le logo est quasiment le même mais la marque s’appelle la bas « Hungry Jacks ». Cela résulte d’une mésentente qui a éclaté entre le franchiseur et le master franchisé australien qui ont donné lieux à un procès qui fut tranché en faveur du franchisé.

En 2013 BK compte  13 000 points de ventes répartis dans 79 pays ! Les deux tiers des établissements sont aux USA et 99 % de ces points de ventes appartiennent à des franchisés !

Les années 70 furent l’âge d’or du spot publicitaire burger king aux états unis mais les campagnes perdirent de leur impact dans les années 80. Au début des années 2000 le franchiseur change de stratégie et fait appel à une célèbre agence marketing afin de booster sa communication.  Un grand chantier de communication par le biais du web est alors mis en place.

Au fil du temps, les composantes du menu Burger King ont évolué. Le franchiseur de Floride a su diversifié son offre pour s’adapter au marché de restauration rapide local. Le hamburger far de la marque est le fameux Whopper. Au départ Burger King tente d ‘innover dans ses premiers points de vente aux états unis, mais cette initiative se solde par un échec. Tout n’est pourtant pas perdu car ces nouveautés qui n’ont pas marché outre atlantique remportent un vrai succès dans les franchises fast food à l’étranger.

La cible marketing du franchiseur fut définit très tôt. Ce sont les personnes de sexe masculin âgé de 15 à 35 ans. Mais le fait que la marque ait choisi ce segment a porté préjudice à son image et l’a empêché de toucher un plus large public. Le marketing visuel et packaging à ainsi évolué en 2011 à l’initiative de 3G capital.

Devenir franchisé burger King en France est aujourd’hui possible. La marque compte ouvrir entre 300 et 400 restaurants d’ici 2020 et recherche des candidats pour gérer et ouvrir une franchise burger king. En 2014 le master franchisé français (Restauration Bertrand) a ouvert ses premières franchises à Paris. Les deux tiers des ouvertures prévues sont feront par le master franchisé Bertrand mais ce dernier a néanmoins le projet t’accorder l’ouverture d’un tiers de ses franchises à des franchisés. Bien entendu la sélection sera draconienne parmi ces candidats franchisés. L’apport financier sera un critère déterminant. De plus une certaine expérience de gestion d’entreprise et management de point de vente de restauration rapide seront aussi demandées. Troisième critère pour ouvrir sa franchise burger king il faudra pouvoir disposer d’un emplacement de première ordre avec de la surface et être situé en centre ville d’une grande Agglomération.  Les points de vente en centre commerciaux seront aussi de très bon argument pour s’attirer les faveurs du franchiseur.

Le tour des concepts de restauration en Franchise

Bienvenue sur notre blog, nous allons partager avec vous quelques belles histoires de succès entrepreneuriaux, principalement dans le domaine de la franchise restauration rapide. Nous allons explorer les franchises de marque américaine qui sont de vrai institution outre mer mais qui demeure assez peu connues du grand public en France, sauf peut des passionnés de cinéma US et les voyageur qui ont eu la chance de mettre les pieds aux états unis.

Les plats servis en restauration rapide sont la plupart du temps assez récurrents. On peut citer l’incontournable hamburger, la pizza, les sandwiches et les incontournables « sides » à savoir les accompagnements : les frites ou french fries. Cocorico !   Plus récemment étant donné leur coté pratiques à déguster, leur aspect visuel attrayant et le fait qu’ils s’inscrivent dans la tendance de la diététique et du repas avec peu de calories, il ne faut pas oublier de parler des sushis et de leur incroyable essor. Les franchises sushi poussent comme des champignons depuis peu en France.

Et les Tacos dans tout ça ! Ils sont partout aux états unis mais il est assez peu commun de trouver de bonne franchise de tacos chez nous en France.

Le fast food est entré depuis l’apparition du concept au siècle dernier dans la culture populaire. Il a su s’imposer comme un mode de restauration incontournable, bien que décrié par les spécialistes en diététique pour son impact négatif sur la santé. Les franchises les plus célèbres en France étant bien sur Mc Donald et KFC. Mais il ne faut pas oublier Quick qui n’est pas une franchise américaine mais bien de chez nous.

Aujourd’hui la franchise restauration rapide a revêtu plusieurs aspects, de nouveaux termes sont apparus, on peut parler de snack, de snacking, de street food, de cuisine de rue. De fast good, le mot casse croute est employé au Canada. La sandwicherie, le snack bar, Les cantines du Québec, les friteries en Belgique, les baraques à Frite du nord de la France,

Voici un petit historique de la restauration rapide. Répondant à un besoin toujours grandissant de gagner du temps sur les moments du repas et répondant à un budget toujours revu à la baisse. La première franchise de restauration rapide voit le jour en 1921 aux states et s’appelle white Castle.

En France le premier fast food vit le jour en 1960 à Paris. Son inventeur, un industriel précurseur qui avait eu le flaire d’importer le concept de franchise de restauration rapide des states, ouvrit son premier point de vente Wimpy rue du 4 septembre. Sa chaine de restaurant comptant 30 franchises burgers qu’il avait ouvert sur les autoroutes du pays, connurent une progression de chiffre d’affaire rapide mais peut être le franchiseur était il trop en avance sur son temps, sa progression fut stoppée nette peu avant le début des années 70. Ce mode de prise de repas rapide eu beaucoup de mal à s’imposer dans les mentalités.

Pour ceux d’entre vous qui souhaiteraient en savoir plus sur le monde la franchise, nous vous recommandons la lecture du site franchise à vendre!