Les franchises de restauration rapide bio

Au pays de la gastronomie, La restauration rapide ou « fast-food » est dorénavant entrer dans les mœurs. En effet, la France offre aux chaînes de restauration rapide les plus connues du monde (McDonald’s, KFC, Subway, etc.) l’une des clientèles les plus fidèles et dépensières au monde.
Dernièrement, Burger King , l’un des leaders américains de ce secteur, a d’ailleurs décidé de réinvestir en masse dans l’Hexagone. Preuve que la France est une terre propice pour la restauration rapide.
Quelques chiffres pour illustrer ces propos : près de 7, 5 milliards de repas sont servis chaque dans la restauration rapide. Le chiffre d’affaires globale, lui, tourne autour des 46 milliards d’€ !
Le prix moyen d’un repas dans un fast-food, enfin, tourne autour des 10€ et reste stable quand on regarde sur les années précédentes.

Quand on évoque les « fast-food » en France, le sens commun pense tout de suite « junk food » c’est-à-dire la « malbouffe : une nourriture très riches en graisses et matières grasses mais peu nutritives et pas raffinée pour un sous ».

C’est pourquoi certains ont voulu marier à la fois l’idée de restauration rapide tout en mettant en valeur ce qui fait l’une des spécificités de la France : le bien manger.
Autrement dit, la restauration rapide haut de gamme ou, pour suivre une tendance gastronomique du moment, biologique.
Un filon que la franchise ne pouvait bien évidemment pas laisser passer ! En effet, la restauration rapide est l’un des secteurs les plus importants de la franchise en France.

La restauration rapide bio en crise

Mais, il faut le dire, pour l’instant, le succès durable n’est pas au rendez-vous. En effet, deux des leaders de la franchise de fast-food bio, Green is better et Planetalis ont connu de sérieux déboires économiques. Alors qu’ils comptaient une cinquantaine de franchisés chacun, nombreux ont été les dépôts de bilan chez le 1er alors que la 2nde a tout simplement été mise en liquidation judiciaire.
Ces échecs sont expliqués par deux raisons : d’une part, ce sont des concepts a priori séduisants intellectuellement, mais qui ont ignoré les raisons qui faisaient de la restauration rapide un succès. D’autre part, la rentabilité n’était clairement pas au rendez-vous avec des produits trop chers à l’achat et donc trop chers à la vente. Enfin, le développement des réseaux s’est fait de manière beaucoup trop rapide. Et donc de manière inconsidéré.

Les enseignes de la restauration rapide bio

-EXKI : Créée en Belgique, le réseau franchisé a été lancé en 2006. Actuellement l’enseigne compte 24 établissements en France. Les droits d’entrée sont fixés à 15.000€ et l’apport personnel à 100.000€.
-Saladbar Green is better : Réseau franchisé lancé en 2009, l’enseigne compte 57 points de vente en France. Les droits d’entrée sont fixés à 7500€ et l’apport personnel à 50.000€.

-Annka : Créée en 2009, en franchise depuis 2012. Bientôt 15 points de vente ouverts dans toute la France.
Les droits d’entrée sont fixés à 20.000€ alors que l’apport personnel devra être de 100.000€.

Conclusion

La restauration rapide bio est dans un moment crucial de son activité. En effet, si le concept est séduisant, les premières expériences en franchise n’ont pas été de franches réussites.
Mais certains franchisés ont visiblement tirés les leçons des premiers échecs. Ainsi, les franchises de « salad bar » commencent-elles à se développer peu à peu, principalement dans les centres urbains.
« Bien manger et mieux manger », quite à parfois payer un peu plus cher que chez une enseigne de restauration rapide. Voilà quel est le concept sur lequel parie les franchisés, jouant sur le goût des Français pour la « bonne bouffe ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.